Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Thénard sur cet appareil, source féconde des plus grandes découvertes dans presque toutes les branches des sciences physiques, ont démontré que la décomposition de l’eau, des sels, etc. n’est nullement produite par la différence de tension des deux extrémités de la pile, mais uniquement par ce que je nomme le courant électrique, puisqu’en faisant plonger dans l’eau pure les deux fils conducteurs, la décomposition est presque nulle : tandis que quand, sans rien changer à la disposition du reste de l’appareil, on mêle à l’eau où plongent les fils un acide ou une dissolution saline. Cette décomposition devient très rapide, parce que l’eau pure est un mauvais conducteur, et qu’elle conduit bien l’électricité quand elle est mêlée d’une certaine quantité de ces substances.

Or, il est bien évident que la tension électrique des extrémités des fils qui plongent dans le liquide ne saurait être augmentée dans le second cas : elle ne peut qu’être diminuée à mesure que ce liquide devient meilleur conducteur, ce qui augmente dans ce cas, c’est le courant électrique : c’est donc à lui seul qu’est due la décomposition de l’eau et des sels. Il est aisé de constater que c’est lui seul aussi qui agit sur l’aiguille aimantée dans les expériences de M. Œrsted. Il suffit pour cela de placer une aiguille aimantée sur une pile horizontale dont la direction soit à peu près dans le méridien magnétique : tant que ses extrémités ne communiquent point, l’aiguille conserve sa direction ordinaire. Mais si l’on attache à l’une d’elles un fil métallique, et qu’on en mette l’autre extrémité en contact avec celle de la pile, l’aiguille change subitement de direction, et reste dans sa nouvelle position