Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

laissant le fil conducteur dans la direction du méridien magnétique, parce que l’action du globe terrestre se combinant avec celle du courant électrique, l’aiguille aimantée se dirigeait suivant la résultante de ces deux actions. Dans les expériences faites avec la double spirale, la force directrice de la terre était contrariée, dans le premier cas, par la torsion du fil auquel cet instrument était suspendu ; dans le second, par sa pesanteur, parce que le centre de gravité ne pouvait être exactement situé dans la ligne horizontale autour de laquelle tournait le plan de la double spirale.

Je pensai alors qu’en multipliant le nombre des spires dont cette spirale était composée, on n’augmentait pas pour cela l’effet produit par l’action de la terre, parce que la masse à mouvoir augmentait proportionnellement à la force motrice, d’où je conclus que j’obtiendrais plus simplement les mêmes phénomènes de direction en employant, pour représenter l’équateur d’une aiguille aimantée, un seul courant électrique revenant sur lui-même, et formant un circuit si ce n’est absolument fermé, car alors il eût été impossible d’établir le courant dans le fil de cuivre, du moins ne laissant que l’interruption suffisante pour faire communiquer ses deux extrémités avec celles de la pile.

Je compris en même temps que la forme du circuit était indifférente, pourvu que toutes les parties en fussent dans un même plan, puisque c’était un plan qu’il s’agissait de diriger.

Je fis construire alors deux appareils ; dans l’un le fil conducteur a la forme d’une circonférence ABCD (fig. 7), dont le rayon a un peu plus de 2dm. Les deux