Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

dans une direction perpendiculaire à l’aiguille d’inclinaison, de manière que le courant qu’on essaie de diriger ainsi soit dans le même sens que ceux de l’aiguille aimantée qui a obéi à l’action du globe terrestre.

L’aimant reçoit des mouvements différents suivant qu’il ne peut que tourner dans le plan de l’horizon, comme l’aiguille d’une boussole, ou dans le plan du méridien magnétique, comme l’aiguille d’inclinaison attachée à un axe horizontal et perpendiculaire au méridien magnétique. Pour imiter ces deux mouvements en en imprimant d’analogues à un courant électrique, il faut que le plan dans lequel il se trouve soit, dans le premier cas, vertical comme celui de l’équateur d’une aiguille aimantée horizontale, et tourne autour de la verticale qui passe par son centre de gravité ; et dans le second, qu’il ne puisse, comme l’équateur de l’aiguille d’inclinaison, tourner qu’autour d’une ligne comprise dans ce plan, qui soit à la fois horizontale et perpendiculaire au méridien magnétique.

J’ai mis d’abord dans ces deux positions une double spirale de cuivre qui m’a paru très propre à représenter les courants électriques de l’équateur d’un aimant ; et j’ai vu cet appareil se mouvoir quand j’y ai établi un courant électrique, précisément comme l’aurait fait, dans le premier cas, l’équateur de l’aiguille d’une boussole, et dans le second celui d’une aiguille d’inclinaison. Mais il m’est arrivé la même chose qu’à M. Œrsted. Dans ses expériences, la force directrice du courant électrique qu’il faisait agir sur une aiguille aimantée tendait à la placer dans une direction qui fît un angle droit avec celle du courant : mais il n’obtenait jamais une déviation de 100° en