Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

ment au diamètre du tube, afin que les actions exercées par les deux portions de courants qui parcourent ces conducteurs en sens contraire se neutralisent à peu près complètement, J’ai placé sous la cage de verre, qui recouvre cet instrument pour le mettre à l’abri des agitations de l’air, un autre cercle en fil de laiton, d’un diamètre un peu plus grand, qui est fixe et supporté par un pied semblable à celui du cercle mobile, dans la situation qu’on voit dans la figure. Ce cercle communique aussi avec deux conducteurs disposés de la même manière, et qui servent de même à y faire passer le courant électrique lorsque, au lieu d’observer l’action du globe terrestre sur le cercle mobile, on veut voir les effets de celle de deux courants circulaires l’un sur l’autre, tandis que quand on veut observer l’action qu’exerce la terre sur un courant électrique, on ne fait passer ce courant que dans le cercle mobile. Comme il n’est question ici que de l’action du globe terrestre, je ne parlerai que du cas où les conducteurs du cercle mobile sont seuls en communication avec les deux extrémités de la pile. Le cercle fixe ne sert alors qu’à indiquer d’une manière précise le plan vertical et perpendiculaire au méridien magnétique, où le cercle mobile doit être amené par l’action de la terre. On place donc d’abord le cercle fixe dans ce plan au moyen d’une boussole, et le cercle mobile dans une autre situation qui sera, par exemple, celle du méridien magnétique lui-même ; alors dès qu’on y fera passer un courant électrique, il tournera pour se porter, dans le plan indiqué par le cercle fixe, le dépassera d’abord en vertu de la vitesse acquise, puis y reviendra et s’y arrêtera après quelques oscillations.