Page:Anatole France - Autels de la peur.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





FEUILLETON DU JOURNAL DES DÉBATS


DU 15 MARS 1884



LES AUTELS DE LA PEUR


―――


VII.


14-22 FLORÉAL AN II.


Quand Marcel entra dans le jardin, il trouva Nanon accroupie sur la plus basse marche de l’escalier.

— Ah ! Monsieur, lui dit-elle en pleurant, ils ont emmené hier ma bonne maîtresse en prison et mis les scellés dans toutes les chambres ; ils la feront mourir, et son fils et moi nous serons déshonorés…

Nanon ne distinguait pas entre la justice d’autrefois et celle du temps présent, et elle ne pouvait séparer les idées de supplice et d’infamie.

— Cette nuit, ajouta la pauvre fille, j’ai couché M. Émile avec moi dans la cuisine. Vous le voyez qui joue là-bas dans le jardin, le cher innocent.

Marcel la pressa de questions, mais elle