Page:Anatole France - Histoire comique.djvu/334

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il lui cria, du lit, où il était accoudé :

— Maintenant, viens !

Alors, tout animée et empourprée :

— Et moi, tu crois donc que je ne t’aime pas !…

Elle se jeta au côté de son ami. Abandonnée et souple, elle renversa la tête, offrant aux baisers ses yeux voilés de cils ombreux et sa bouche entr’ouverte où luisait un humide éclair.

Tout à coup elle se dressa sur ses genoux. Ses prunelles fixes étaient pleines d’une horreur indicible. De sa gorge sortit un cri rauque, suivi d’une plainte douce et longue comme un son d’orgue. Elle montra du doigt, en détournant la tête, la fourrure blanche étendue au pied du lit.

— Là ! là !… Il est couché en chien de fusil, la tête trouée… Il me regarde en riant avec du sang au coin de la bouche…

Ses yeux, grands ouverts, roulèrent tout