Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sentir libre. Tous les chefs des peuples étaient tués dans les combats, ou morts sous les verges, ou liés par le licteur et conduits dans les prisons de Rome. Il n’était plus animé contre eux d’une acre envie, et il gardait maintenant sa haine tout entière aux Romains. Il attachait à la queue de son cheval le cercle d’or qu’il avait reçu du dictateur comme ami du Sénat et du Peuple romain. Il donnait à ses dogues les noms de César, de Caius et de Julius. Quand il voyait un porc, il l’appelait Volusenus en lui jetant des pierres. Et il composait des chants imités de ceux qu’il avait entendus dans sa jeunesse et qui exprimaient en fortes images l’amour de la liberté.

Or un jour que, chassant des oiseaux, il avait, seul et loin de ses fidèles, gravi le haut plateau, recouvert de bruyères, qui domine Némétocenne, il vit avec stupeur que les huttes et les palissades de sa ville avaient été abattues et que, dans une enceinte de murailles, s’élevaient des portiques, des temples et des maisons d’une architecture prodigieuse, qui lui inspiraient l’horreur et l’effroi que causent les