Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


des pierres dans le sable. En tournant la tête, ils voyaient luire au loin, derrière eux, les casques des Romains.

Le chef Komm avait bon espoir d’échapper à cette poursuite. Ses chevaux étaient plus vites et moins chargés que ceux de l’ennemi. Il comptait atteindre assez tôt les navires qui l’attendaient dans une crique prochaine, s’embarquer avec ses fidèles et faire voile vers l’île des Bretons. Ainsi pensait le chef, et les Atrébates chevauchaient en silence. Parfois un pli de terrain ou des bouquets d’arbres nains leur cachaient les cavaliers de Volusenus. Puis les deux troupes se retrouvaient en vue dans la plaine immense et grise, mais séparées par un espace dé terre vaste et grandissant. Les casques de bronze clair était distancés et Komm ne distinguait plus derrière lui qu’un peu de poussière mouvante à l’horizon. Déjà les Gaulois respiraient avec joie dans l’air le sel marin. Mais, à l’approche du rivage, le sol poudreux, qui montait, ralentit le pas des chevaux gaulois, et Volusenus commença de gagner du terrain.