Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Allemands, je les fis sortir sur un si mauvais avis et si mal à propos qu’ils tombèrent dans une embuscade et furent tous tués par les guelfes de Florence, qui prirent la bannière blanche de Manfred et la traînèrent dans la boue à la queue d’un âne. Aussitôt, j’instruisis le Sicilien de l’insulte. Il la ressentit comme j’avais prévu qu’il la ressentirait, et il envoya, pour en tirer vengeance, huit cents cavaliers, avec bon nombre de fantassins, sous le commandement du comte Giordano, que la renommée égalait à Hector de Troie. Cependant Sienne et ses alliés rassemblaient leurs milices. Bientôt nous fûmes forts de treize mille hommes de guerre. C’était moins que n’en avaient les guelfes de Florence. Mais, parmi eux, se trouvaient de faux guelfes qui n’attendaient que l’heure de se montrer gibelins, tandis qu’à nos gibelins ne se mêlaient point de guelfes. De la sorte, ayant de mon côté, non pas toutes les chances favorables (on ne les a jamais), mais de grandes, et de bonnes et d’inespérées, qu’on ne retrouverait plus, j’étais impatient de livrer une bataille qui, heureuse, détruirait