Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


été épargnées par les capitaines tant armagnacs que bourguignons qui ravageaient la Champagne, et c’est un bonheur dont il devait rendre grâce à Dieu d’abord et ensuite à lui-même pour la douceur avec laquelle il avait traité les deux partis qui déchiraient le royaume des lys. Sa richesse avait beaucoup contribué à son élection, en cette année où le setier de blé valait huit francs, le quarteron d’œufs six sous, un petit cochon sept francs, et où les gens d’Église étaient réduits, comme des vilains, à manger des choux tout l’hiver.

Donc, au saint jour de l’Épiphanie, messire Guillaume Chappedelaine, revêtu de sa dalmatique, tenant à la main une palme pour sceptre, prit place dans le chœur de la cathédrale, sous un dais de drap d’or. Cependant, trois chanoines sortirent de la sacristie, le front ceint de couronnes. L’un était vêtu de blanc, l’autre de rouge et le troisième de noir. Ils figuraient les rois mages et, descendant vers la partie de l’église qui représente le pied de la croix, ils chantaient l’évangile de saint Matthieu. Un diacre, qui portait au bout d’une