Page:Anatole France - Nos enfants.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



TROIS ENFANTS DU MÊME VILLAGE, TROIS CAMARADES, PIERRE, JACQUES ET JEAN, SONT DEBOUT ET REGARDENT… RANGÉS CÔTE À CÔTE, ILS FORMENT ENSEMBLE L’IMAGE D’UNE FLÛTE DE PAN QUI N’AURAIT QUE TROIS TUYAUX.