Page:Anatole France - Poésies.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
79
HOMAÏ


Elle embrassa l’émir d’un regard calme et tendre,
Éleva lentement le sabre, sans effort,
Et dans le cou, que l’homme avait pris soin de tendre,
Plongea, les yeux fermés, le tranchant et la mort.

L’esclave alors saisit cette tête aux chairs mates
Que la femme venait de baiser longuement,
La mit dans une coupe avec des aromates,
Et murmura d’orgueil et de contentement.


Juin 1870.