Page:Andersen - Contes pour les enfants, trad. Caralp, 1848.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
14
LES CYGNES SAUVAGES.

un édifice construit tout en marbre et garni à l’intérieur de doux coussins et de moelleux tapis. Elle y prit trois crapauds dans sa main, et après les avoir baisés, elle dit au premier : « Quand Elfride viendra ici se baigner, tu te placeras sur sa tête afin qu’elle devienne stupide et endormie comme toi. — Plante-toi sur son front, » dit-elle au second, « pour qu’elle devienne aussi laide que loi, et que son père ne puisse plus la reconnaître. — Fixe-toi sur sa poitrine, » murmura-t-elle enfin au troisième, « et donne lui un mauvais cœur, afin qu’elle devienne méchante et qu’elle n’ait plus qu’à prier Dieu pour elle-même. » Après avoir ainsi parlé, elle jeta les crapauds dans l’eau jusqu’alors pure et limpide et qui devint aussitôt toute trouble et verdâtre. Elle se hâta ensuite d’appeler à elle Elfride, lui aida avec une joie cruelle à se déshabiller, puis la fit entrer dans le bain.

À peine la jeune et naïve princesse se fut-elle plongée dans l’eau, que le premier crapaud se plaça sur ses cheveux, le second sur son front et le troisième sur sa poitrine. Mais