Page:Andersen - Contes pour les enfants, trad. Caralp, 1848.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
60
LES CYGNES SAUVAGES.

l’incarnat le plus vif. Au milieu brillait une fleur blanche de toute beauté ; elle avait l’éclat argenté d’une de ces petites étoiles qui scintillent comme des couronnes sur la robe de pourpre du matin. Le roi s’approcha. Il cueillit la fleur et la plaça sur le sein d’Elfride. Alors elle sortit d’un assoupissement qui avait l’apparence de la mort, et se réveilla pour le calme et le bonheur.

Et toutes les cloches des églises se mirent en branle d’elles-mêmes. Les oiseaux accouraient tout joyeux et par innombrables bandes le long de la route ; et alors un cortège nuptial, tel que jamais autre roi n’en vit de pareil, s’en revint au palais.