Page:Andersen - Contes pour les enfants, trad. Caralp, 1848.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
L'ANGE.


Toutes les fois qu’un enfant bon et obéissant meurt, un ange de Dieu descend sur la terre, prend le petit enfant mort dans ses bras, étend ses grandes ailes blanches, puis voltige ainsi au-dessus de tous les endroits où cet enfant aimait à se trouver quand il vivait encore. Alors, après avoir cueilli un gros bouquet de fleurs, il les rapporte à Dieu dans le ciel où elles redeviennent bien plus belles qu’elles n’étaient ici-bas. Dieu, dans sa bonté infinie,