Page:Annales de mathématiques pures et appliquées, 1810-1811, Tome 1.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
109
DES CORPS.


la simple application des formules du problème précédent nous fera voir que,

Pour la première rotation autour de ,

Pour la rotation autour de ,

Pour la rotation autour de ,

[1]

ce qui donne, moyennant deux simples substitutions successives, et en supprimant les quarrés de les formules finales qui suivent :

et le problème sera résolu.

  1. À la rigueur, il n’y a que la première rotation qui s’exécute réellement de la manière qu’on le suppose ici : attendu que le point éprouve un déplacement, et le point deux, avant que la rotation ait lien autour de l’un et de l’autre ; mais la petitesse supposée des mouvemens angulaires permet de ne point faire entrer ces déplacemens en considération ; et, en négligeant d’y avoir égard, les calculs se simplifient considérablement, sans que les conclusions auxquelles l’auteur se propose de parvenir soient affectées de la moindre erreur, ainsi qu’il serait aisé de s’en convaincre, en comparant son procédé à un autre plus rigoureux.
    (Note des éditeurs.)