Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





HA 7 [SROSH DARUN]



Dans ce Hâ, les offrandes sont données aux dieux (dadhâmi).

L’énumération des divinités et des offrandes suit le type du Hâ III, la formule est ashaya dadhâmi « je donne pieusement ». L’intention même de la formule est la même que dans le Hà III : khshnûmainê « pour réjouir ».

_________________


Le Râspî.


Le désir du Seigneur… — que ce prêtre Zaotar me le dise !…


Le Zôt.


C’est la règle du bien… — que l’homme de bien qui la connaît la proclame 1 [1] !


Le Zôt prend de l’eau dans la cuve et la verse sur le barsom.


Le Zôt et le Râspî ensemble :


Ashem vohû [3 fois).

1. Je donne pieusement l’aliment du Myazda, Haurvatât, Ameretât, et le bœuf bienfaisant, pour réjouir Ahura Mazda, et les Amesha-Spentas ; pour réjouir le pieux Sraosha, dévot, victorieux, qui accroît le monde.

  1. 1. Ne se trouve que dans l’édition de Bombay.