Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/457

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





GÂTHA SPEÑTA MAINYU. — HÂS 47-50


La Gâtha Spentâ Mainyû est composée de quatre Hâs : le rythme du vers est le même que dans la Gâtha précédente 1 [1] (4 + 7), mais la strophe contient 4 vers au lieu de 5. Le type est donc 4 (4 + 7).


_________________




HÂ 47 (SP. 46). — GÂTHA SPENTA MAINYU 1




1-2. Éloge des vertus zoroastriennes, des biens qu’elles procurent et du fidèle qui les pratique.

3. Devoirs de l’homme envers les animaux qui ont été créés pour son bien.

4. Pauvre ou riche, le fidèle doit agir pour le bien de l’homme de bien et pour le mal du méchant. Qu’Ahura donne aux bons les biens du monde, car les méchants en font mauvais usage (§ 5).

6. Jugements d’Ahura qui tranche entre le bien et le mal avec le Var nirang.

Dinkart, IX ; 17 (Sûtkar) ; 40 (Varshtmânsar) ; 62 (Bak). — Ce Hâ a été déjà récité une fois (Hâ XVIII, 2-7), avant le Baghân Yasht.

_________________


a

  1. 1. Font exception les strophes 5-6 du Hâ XLVIII, où le vers contient 12 syllabes = 5 + 7.