Page:Annales du Musée Guimet, tome 21.djvu/602

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
456
ANNALES DU MUSÉE GUIMET

Le Râspi.


7 (31). O prêtre, sers-nous de Zaotar 20 [1] !


Le Zôt.


Le désir du Seigneur… — que l’Âtravakhsha me le dise !


Le Râspi.


C’est la règle du bien. Que l’homme de bien qui la connaît la proclame !


Le Zôt.


[Spiegel, IV]. Me voici donc, comme Zaotar 21 [2], prêt à chanter les Staota Yêsnya 22 [3] à les réciter, les entonner, les offrir en sacrifice 23 [4].


___________________




KARDA 4 (SP. 5)

Le Vendidad Sadé ajoute ici :

deux Yathà ahù vairyô sur le type du précédent :

XII, 7 fin : Mazdayasnô ahmi. Fravarànê. Je suis adorateur de Mazda. Je me déclare adorateur de Mazda, disciple de Zarathushtra… (etc., comme p. 121).

XII, 8. àstuyè. Je loue la bonne pensée, je loue la bonne parole, je loue la bonne action… (etc., comme p. 122).

XV, 2-3. Yêńhê mè ashât. Celui et ceux dont le culte… (etc., comme p. 138). un Yathâ ahù vairyô.

  1. 20. tùm nô… zaostastè, pun zôtîh yakôyamûn « tiens-toi en qualité de Zôt » ; zaotastê semble être le locatif d’un thème abstrait zaola-sta. — C’est une invitation à réciter les Gâthas, la fonction spéciale du Zaotar étant cette récitation : de là la réponse du Zôt.
  2. 21. Voir la note précédente.
  3. 22. Cf. Yasna XIV, 1.
  4. 23. Voir p. 171, note 70.