Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


AVANT-PROPOS


___________


Ce second volume contient la traduction du Vendidad, des Yashts et du Khorda-Avesta, c’est-à-dire qu’il achève la traduction complète de l’Avesta, moins les Fragments. Les dimensions trop considérables du volume me forcent de rejeter les Fragments, l’Errata et les Index dans un Appendice indépendant qui paraîtra prochainement, et auquel je joins quelques considérations sur l’histoire de la littérature et des doctrines zoroastriennes.

Le premier volume donnait au lecteur la liturgie du Zoroastrisme : celui-ci donne la législation et l’épopée ou plutôt les débris de la législation et de l’épopée.


Les documents nouveaux sont moins abondants pour le Vendidad qu’ils n’étaient pour le Yasna. Pour le texte, je suis limité aux éditions de Westergaard et de Spiegel, la partie correspondante de l’édition Geldner n’étant pas encore parue.

Pour les secours traditionnels, j’emploie d’abord ceux dont j’avais disposé dans ma traduction anglaise de 1880, — à savoir le texte pehlvi de Londres, la traduction persane de Munich et la traduction gujratie de Frâmji 1 [1]. L’analyse très exacte du Vendidad contenue dans le

  1. 1. 1° Le manuscrit L2 de l’East-India House qui dérive de la même source que le manuscrit de Copenhague K4 et probablement de la même main et de la même date (environ 1323). Il manque les 8 premiers Fargards, moins III, 15-IV, 29 et quelques pages à la fin. Les citations que je donne où le texte diffère du texte imprimé de Spiegel viennent du manuscrit L4.
    2° Le manuscrit 11 du fonds Haug à Munich (Vendidâd, Pahlavi in Persian characters, interlined with a Persian translation, undated ; 366 fol., written A. D. 1866) : excellente traduction du pehlvi, d’accord avec Frâmji, sert souvent à corriger le texte pehlvi : deux lacunes, l’une dans I, 11 jusqu’à la fin du chapitre ; l’autre de VI, 26 à IX.
    3° The Vendidâd of the Parsis, in the Zand language but Gujarati characters, with a Gujarati translation, paraphrase and comment according to the traditional interprétation of the Zoroastrians, by the late Framji Aspandiarji and other Dasturs (Bombay, 1842, 2 vol. in-8°).

t. i. a