Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


120 A^NALES DU MUSÉE GUIMET

Si dans la maison d’un adorateur de Mazda un chien ou un homme meurt, et qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente*, et qu’il fasse obscur, ou que le jour soit à sa fin^ et que troupeaux et hommes s’égarent’, que feront les adorateurs de Mazda’ ?

5 (14). Ahura Mazda répondit :

Le lieu de cette maison mazdéenne où le sol est le plus net et le plus sec, et par oii passent le moins le petit bétail et le gros bétail, et le feu d’Ahura Mazda, les faisceaux consacrés de Baresman, et le fidèle ; 6 (16). Créateur du monde des corps, saint ! A quelle distance du feu ? A quelle distance de l’eau ? A quelle distance des faisceaux consacrés de Baresman ? A quelle distance du tidèle ? 7 (n). Ahura Mazda répondit :

A trente pas du feu ; à trente pas de l’eau ; à trente pas des faisceaux consacrés de Baresman" ; à trois pas du fidèle. 8 (18). En ce lieu les Mazdéens creuseront une fosse ’", profonde d’un demipied si la terre est dure, d’une demi-taille d’homme si elle est molle " : [ils déposeront sur la place soit des cendres, soit de la bouse ’-] et déposeront par-dessus des briques, de la pierre ou de la poussière de terre très sèche " ; corps ; s’il ne l’est pas, soit à raison de l’éloignement, soit à raison de la saison, on commence par purifier l’abri.

4. tiarenti va, pun bûland vàl damak u pendant souffle violent du vent ». La présence de bûland repose sur une fausse étymologie ibùland ^ berezant), mais la paraphrase est juste dans son ensemble. — bar est ici le latin flare, l’anglais lo bloic. 5. temanhàm ; génitif pluriel faisant adverbe : cf. Etudes iraniennes, I, 126. 6. aiwig-àtô ayàn va, pun madam i/dmatîinishnih dar zakyôm « quand ce jour est en voie de passer ».

7. Voir Farg. 111, il, note 17.

8. Que feront-ils du corps qu’ils ne peuvent transporter au Dakhma ? 9. Cf. Farg. lit, 15-17.

10. 11 s’agit des maisons trop petites ou trop modestes pour avoir une chambre mortuaire particulière (Farg. V. 10). Aujourd’hui on ne se donne même plus la peine de creuser cette fosse de dépôt : on dépose le mourant au rez-de-chaussée sur une dalle de marlire, qui l’isole suffisamment pour que le reste de la maison ne soit pas souillé.

11. La (erre molle étant plus pénétrahle à la souillure. 12. Manque dans le Vendidad pehlvi.

13. Substances moins pénétrables à la souillure. ishtyébê, khislil ; zarshtvahé, kalhd (l’original du manuscrit a. l sang >< pierre »,