Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
135
ZEND-AVESTA : VENDIDAD. — FARGARD 8


69 (217). Créateur du monde des corps, saint ! Quand les bonnes eaux atteignent le cou-de-pied gauche, où se précipite la Druj ISasu ?

Ahura Mazda répondit :

Elle tourne sous la plante du pied : on croirait voir une aile de mouche. 70 (220). L’homme presse l’orteil, lève les talons, et tu verses Teau sur la plante du pied droit : la Druj iasu se précipite sur la plante du pied gauche.

Tu verses l’eau sur la plante du pied gauche : la Uruj Nasu tourne sous l’orteil : on croirait voir une aile de mouche. • 71 (2-25). L’homme presse le talon, lève l’orteil, et tu verses l’eau sur l’orteil droit ; la Druj iasu se précipite sur l’orteil gauche. Tu verses l’eau sur l’orteil gauche : alors la Druj Nasu s’enfuit parles régions du Nord, sous la forme d’une mouche furieuse, genoux courbés en avant, queue en arrière, avec des bourdonnements sans fin, et semblable aux plus infects Khrafstras.

72. Et tu déclameras ces paroles, les plus victorieuses et les mieux guérissantes de toutes (§§ 19-22) :

Vathà ahù vairyô : « Le désir du Seigneur est la règle du bien. « Les biens de Vohu Mano aux œuvres faites en ce monde pour Mazda ! « Il fait régner Ahura, celui qui secourt le pauvre. » Kém-nà Mazdù : « Quel protecteur m’as-lu donné, o Mazda, à l’heure où le méchant m’enveloppe de sa haine ? Quel autre que ton Feu et Vohu Manô par l’œuvre desquels j’entretiens le Bien, ô .hura ? Révèle-moi donc la Religion comme la règle. »

74. Ké verellirein-jà : «Quel est le victorieux (jiii protégera ta dorlriue ? Manifeste clairement que je suis le guide pour les deux mondes. Que mon Sraosha vienne avec Vohu Manô, pour [protéger] moi et quiconque tu veux, ô Mazda ! » 75. « Protégez-nous de celui qui nous torture, ô .Mazda et Spefila Àrmaiti ! Péris, Druj démoniaque ! Péris, source des démons ! Péris, créatrice des démons ! Péris, toi qui fais grandir les démons ! Péris et disparais, ô Druj ! l^récipite-toi et disparais !

Péris et disparais à toujours par les régions du nord et ne livre plus à la 

mort le monde corporel du Bien !