Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ZE.ND-AVESTA : VENDIDAD. — FARGARD 12 187

le système patriarcal, est l’ancêtre commun, s’il est en vie, et au cas contraire l’aîné de ses enfants. Voici la durée relative de la période : Pour le chef de la famille (§ 7) : six mois (ou un an). Parenté ( Pour père ou mère (§ 1) : 30 jours (ou 60). à un degré . . • | Pour fils ou fille (§ 3) : idem. ( Pour frère ou sœur (§ 5) : idem.

( Pour grand-père ou errand’mère (S 9) : 25 jours (ou 50). à deux degrés. . ] ^ „^ ^ ^„ , f -j

( Pour petit-fils ou petite-fiUe (§ li) : idem. à trois degrés*. . Pour oncle ou tante (§13) : 20 jours (ou 40). à quatre degrés. Pour cousin ou cousine (§ 1 5) : 15 jours (ou 30). à cinq degrés" . Pourpelit-cousinou petite-cousine (§17) :10jours(ou20). à six degrés . . Pour arrière-pelit-consin ou arrière-pelife-cousine (§ 19) : o jours (ou 10).

La période d’upaman n’est pas marquée pour mari et femme. 1. Si le père meurt ou si la mère meurt, combien de temps resteront (en deuil) le fils pour le père, la fille pour la mère ? Combien de temps pour un juste, combien de temps pour un pécheur’ ? Ahura Mazda répondit : Trente jours pour un juste, soixante jours pour un pécheur.

2(5). Créateur du monde des corps, saint ! Comment purifierai-jc la maison ? Comment sera-t-elle pure de nouveau ?


6. Ea remontaul à TancfUre commun.

1. Lilt. « combien pour les dahma, combien pour les lanu-perelha ? ■>. D’après la tradition moderne, le dahma est celui qui, avant de mourir, a récité le Patct, la formule de confession, ou au moins l’Asheio vohù, qui, récité au moment suprême, est d’un prix inQni (Vt. XXI) ; le tanu-pcrelba est celui qui est mort sans confession et sans prière. Celte interprétation est en parfait accord avec les textes qui nous montrent le coupable sauvé ou perdu dans l’autre monde, selon qu’ils ont ou non fait acte de pénitence (Farg. III, note .38 ; IX. note .)5). La traduction persane rend exactement dalima par ^’aj ’— shapirrin, équivalent fi’équenl de d<ihmân) et lanii peretha par JIJjO"-m.