Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/281

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ZEND-AVESTA : VENDIDAD. — FARGARD 15 227

Celui qui a élevé ce mur ou qui le délient, c’est à lui de l’entretenir : il Tenlretiendra jusqu’à ce que les petits soient nés. 37 (105). S’il ne l’entretient pas et que, faute de l’entretien nécessaire, mal advienne aux petits, il sera puni pour leur mal de la peine du Baodhôvarshta.

38 (108). Créateur du monde des corps, saint ! Si la chienne est près de mettre bas dans le fossé^’, quel est l’adorateur de Mazda qui aura à l’entretenir ?

39 (110). Ahura Mazda répondit :

Celui qui a creusé le fossé ou qui le possède, c’est càlui de l’entretenir : il l’entretiendra jusqu’à ce que les petits soient nés. 40 (112). S’il ne l’entretient pas et que, faute de l’entretien nécessaire, mal advienne aux petits, il sera puni pour leur mal de la peine du Baodhôvarshta.

41 (113). Créateur du monde des corps, saint ! Si la chienne est près de mettre bas en plein champ *-, quel est l’adorateur de Mazda qui aura à l’entretenir ?

42 (115). Ahura Mazda répondit :

Celui qui cultive le champ ou qui le possède, c’est à lui de l’entretenir, [m’entretiendra jusqu’à ce que les petits soient nés. S’il ne l’entretient pas et que, faute de l’entretien nécessaire, mal advienne aux petits, il sera puni pour leur mal de la peine du Baodhôvarshta".] 43 (11’7). H lui fera une litière de ncmôvnnla^’ ou de n’impoite quelle 31. ava kanla, frôl kanishn ; le fossé répoudaiil au mur. .32. madhemè va vàslrè va, le pehlvi ue traduit pas va, qui semble dû à une erreur de copiste, amené par le va de vàslrè.

34. Manque dans le Vendidad Sade ; se trouve dans le Vendidad pehlvi. 35. neinù->àula, ou mieux neuiùvaùta, désigne sans doute une plante " (lexilile » : cf. nam-ra. Le pehlvia riuintelligible : milrô, vanaza. Framji entend « avec aide et bonté n, ijàri ane mi/iirOdni kari ; ce qui suppose dans le terme zend un composé de vanla, « assistance » (vol. 1, p. 381, n. 15} et de nemô, « prière ». Le sens serait : « il lui fera une litière, avec compassion, de n’importe ijuelle herl)e faisant litière. .. » Le pelilvi-pazend serait-il milir n-iniz ?