Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE II


SIROZAS ET YASHTS


I. Rapports du Siroza et des Yashts. — Les 16 Y’ashts authentiques. — Identité des Yashts avec le 14e Nask ou Nask Bakân Yasht. II. L’épopée iranienne d’après les Yashts. — L’épopée royale. — Débris de l’épopée féodale et locale.

I

Le mol yasht ^ zend yêshti, ne diffère pas, quant au sens propre, de yasna : c’est l’adoration, le culte, comme le yasna. Mais, appliqué au culte spécial des divers Izeds, il en est venu à désigner les textes dont la récitation est l’élément essentiel dece culte, et les mois «Yasht deBabrâm», par exemple, après avoir désigné le culte rendu a Balirâm, ont désigné le texte récité eu l’honneur de Bahràm.

Chacun des trente jours du mois, comme on sait, est sous le contrôle d’un certain Ized, dont il porte le nom et dont le nom est invoqué chaque jour dans une formule spéciale. L’ensemble de ces trente formules forme le Simza, qui est parfois récité tout ensemble, en l’honneur, non pas des trente jours du mois, mais des trente principales divinités’. Dix-huit des divinités du Sîrôza ont encore aujourd’hui les honneurs 1. Sur la didérence des deux Sirôzas, voir plus bas, p. 294. T. II. d