Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
14
ANNALES DU MUSÉE GUIMET


Angra Mainyu, plein de mort, répondit en créant ce lléau : un crime inexpiable, la cuisson de la charogne 37 .

XIV

18 (67). Le quatorzième des lieux et des pays excellents que je créai, moi, Ali u ra Mazda, fut Varena aux quatre coins 3S , pour qui naquit Thraêtaona, meurtrier d’Azhi Dahàka 39 .

Angra Mainyu, plein de mort, répondit en créant ces fléaux : les règles anormales 40 et l’oppression étrangère 41 .

XV

19 (72). Le quinzième des lieux et des pays excellents que je créai, moi, Ahura Mazda, fut le pays des Sept-Rivières 4 '.

37. uasush- pacya : « l’acte de faire cuire la charogne et de la manger : ils font cuire le renard et l’ichneumon et les mangent » < nasal pacishnîh nasâi jaldishnih... rûpd/i urasûk pacînd ujaldind; G. B.). Cf. Farg. VIII, 73. C’est un crime capital: le premier venu peut mettre à mort le criminel (v. Farg. VIII, 74, note 70).

38. Varenem yim cathru-gaoshem. Varena, Varn, est selon le Vd. P. soit le Patashk/ivdrgar, c’est-à-dire la région montagneuse au sud de la Caspienne, ou Tabaristan, soit le Dailam, c’est-à-dire la région au sud-ouest de cette mer, comprenant le Gilan et la montagne. Le G. B., adoptant la première assimilation, l’identifie au Demavand, probablement parce qu’Azhi Dahâka fut enchaîné là par Thraêtaona. — « Aux quatre coins », c’est-à-dire qu’il a quatre côtés « [le Tabaristan a en effet grossièrement la forme d’un quadrilatèrej; selon quelques-uns, c’est-à-dire que de quatre sommets du pays l’eau vient dans le pays » [il a quatre rivières importantes?] (apash 4-gôslùh and aîgh cahâr-sûk ; U î yamallûnêt aîgh min 4 rôishâ î mata mid dar shatrô yâtûnêt : G. B.). Le Vendidad pehlvi transmet encore deux autres explications : 1° il y a quatre routes qui y conduisent; 2° il y a quatre villes capitales.

39. Voir vol. I, Yasna IX, 7-8.

40. « Les règles des femmes y sont plus violentes » (Vd. P.).

41. anairyâca danhéusli aiwishtàra : an-êrân matàân patash katarûnand (G. B.). Les indigènes du littoral de la Caspienne étaient étrangers à la race iranienne : c’étaient des sauvages, souvent identifiés à des Divs, les Divs du Màzandaràn (voir Yt. V, 22). Le Vendidad pehlvi semble y voir les Anaryens limitrophes (Salmdn ou Sairima, nom du pays de Rûm : lire ainsi au lieu de sarmàï).

42. hapta hiiidu, haft hindûkdn; répond aux sapta sindhavas des Védas, nom du Panjâb. « Les sept Indes, dit le Commentaire, parce qu’il y a là sept souverains; ce n’est point à dire qu'il n’v ait pas sept Indes, car il est dit dans l'Avesta (voir Yt.