Page:Annales du Musée Guimet, tome 22.djvu/764

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
710
ANNALES DU MUSÉE GUIMET


L’iovocatioii de ces cinq groupes suit immédiatement, dans le premier chapitre diiYasna, celle d’Ahura, des Amesha-Spentas, du Taureau primitif etduFeu(YasnaI, 3, 4, 5, 6, 7).

Les cinq Gâhs sont construits sur un type uniforme. Chacun d’eux se compose de deux parties symétriques, modelées l’une et l’autre sur le type des cinq invocations du Yasna (I, 3, 4, 5, 6, 7). La première partie les reproduit sous forme de Fravarânê et de Khshnaothra ; la seconde partie les reproduit sous forme de Yazamaidê : mais, dans cette seconde partie, est jointe aux personnages de ces cinq groupes une série de Génies ou d’objets religieux, qui varie avec chacun de ces groupes. Pour le Gàh Usliahin ’ cette série additionnelle comprend Ahura et les quatre premiers Amshaspands ; pour le Gàh Hâvan, les deux derniers Amshaspands, la Révélation, la Loi, le Yasna Haptanhàiti et l’Airyama ishyô ; pour le Gàh Rapithwin, les Gàthas ; pour le Gàh Uzîrin le sacerdoce ; pour le Gàh Aiwisrùthrim, les instruments du culte’et la communauté. Autrement dit, les Gàhs passent en revue tour à tour tous les éléments du sacrifice : les dieux qui en sont l’objet, les textes qui en sont la parole, le sacerdoce qui en est l’agent, les instruments qui l’accomplissent et la communauté qui en profite. Tous les Gâhs ont de plus en commun certaines litanies intercalées entre les deux parties quiles composent (§§ 3-4 du Gàh I) et à la fin une invocation au Feu qui, comme on le sait, reçoit à chaque Gàh la visite du prêtre qui le nourrit (§ 9 du Gàh I). Les Gâhs se récitent dans les Nyàyish et dans tout office à l’endroit où il est dit de mentionner le Gàh de la journée.

I. — IIAVAN GAH

Le Gàh du matin qui va de l’auroro ?i midi (vol. 1, 25). . C’est par lui qu’il faut commencer pour avoir l’ordre rationnel : c’est l’ordre du Vendidad Sade : le Yasna, dont le Khnrda Avesta suit l’ordre, commence par le Gfih Ilàvan, (iiii est l’heure où on colèhi’e le Yasna Sade (vol. l, 10, note 16 ; 27).