Page:Annales du Musée Guimet, tome 5.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
18
ANNALES DU MUSÉE GUIMET

Je suis le seul Buddha qui soit au monde,
J’ai obtenu la Bodhi parfaite et forte.

J’ai tout vaincu : je connais-tout (dans) le monde ;
Aussi ne suis-je lié par aucune loi.
J’ai tout rejeté, je suis sans désir ardent, pleinement délivré,
Ayant par moi-même la connaissance surnaturelle ; sur qui m’appuierais-je ?
 
Tathâgata, docteur des dieux et des hommes,
Sachant tout, doué de toutes les forces,
Ayant par moi-même saisi la Bodhi, instruit à fond,
N’ayant ni égal, ni semblable, sur qui me reposerais-je ?

C’est moi qui suis l’Arhat dans le monde ;
Dans le monde je suis sans supérieur ;
Dans le monde avec ses dieux,
Je suis le Jina, le vainqueur des démons.

— Ayusmat Gautama, tu te dis un Jina ?
— Quiconque a obtenu la destruction de la misère
Est un autre Jina : voilà ce qu’il faut savoir.
J’ai surmonté la loi du péché :
Voilà pourquoi, Upaka, je suis un Jina.

— Ayusmat Gautama, où vas-tu ?
— Après être arrivé à Vàrànasi,
J’y ferai entendre le tambour de la loi.
J’y ferai tourner la roue de la loi,
Qui n’a point encore tourné dans le monde.

J’ai traversé (comme une mer) rattachement au monde ;
Celui qui sait tout, le Buddha qui a atteint le calme.
N’est point l’homme bon,
S’il ne s’efforce de faire passer le monde à l’autre rive.

— Ayusmat Gautama Jina, c’est bien ! dit l’Ajivaka
Upaka, et il continua son chemin.


5. RÉCEPTION FAITE À ÇAKYA PAR LES CINQ

En ce temps-là, les Bhixus du groupe de cinq étaient installés à Bénarès, à Rsivadana, dans le bois des Gazelles. Les Bhixus du groupe de cinq virent de très loin Bhagavat. En le voyant, ils concentrèrent leurs réflexions sur ce