Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/105

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
85
brun de la montaigne

Si estoit moult pensis et seoit a .j. cor ;
Et les dames l’escu as .iiij. bandes d’or
Ont a li presanté en l’onneur du restor
Du bien fait qu’il ot fait, et tiex qui ot chief sor
2465Dist : « Dames, » doucement, « il n’apartient encor
« Que tiex biens soit tournés encore en mon [t]resor,
« Car il a ceans tel qui ot .j. cheval mor,
« Qui vint jouster a moy en bruiant comme tor,
« Et si me fist ploier, ausi c’un arc de cor,
2470« Par desus mon cheval, dont je me duel encor.

CXL[1]

— Par ma foy, » dit Butor, « bien asené l’avés,
« Car onques a nul jour ne fui miex encontrés
« D’omme tant fust poissant ne tant fust forsenés.
« Je vous pri, chevaliers, le pris ne refussés,
2475« Car il est emploiés tout a mes voulentés,
« Et la ou il est assis de par moy fust donnés,
« Car par vostre cors fu li miens tex atornés
« Que de vo cop premier fui a terre portés,
« Dont je vous en grasci et sai ausi bon grés
2480« Que se mes anemis eüssiés tous tués. »
Respont li chevaliers : « Sire, quant c’est vos grés
« Que de si petit homme est tiex pris conquestés,
(f° 53)« Sire, com mes cors est, Diex en soit aourés,
« Quant a telle eure fui onques de mére nés
2485« Que je ai tant d’onneur en vostre fremetés. »
Des .ij. dames li fu li escus presantés,
Et il l’a receü par fines amistés :
Elles li ont livré, puis en fu acolés.
.I. escuier sailli qui estoit aprestés
2490Par cui li escus fu a son ostel portés.

  1. — 2483. Corr. comment c’or soit ?