Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/106

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
86
brun de la montaigne

CXLI

Quant li pris fu donnés au cortois chevalier
Sachiés qu’il ni avoit en lui qu’esl[e]escier,
Et ausi n’avoit il en Butor le guerrier.
Adont vindrent a lui serjant et escuier,
2495Et les dames aussi ou il n’ot qu’enseignier,
Et si li ont dit : « Sire, il faut esbanoier ;
« Nous dames vous prions que vous venez treschier
« Ou faire la karole en ce jolif vergier.
— Dames, » dit li vassaus, « ne vous veille anoier :
2500« Il me convient avant donques apareillier. »
Adonques s’en ala sa robe despouillier,
Au hiraut la bailla, et sans plus delaier ;
Et cilz li demanda : « Est ce pour mon louier ? »
Et li vassaus respont : « Tu auras .j. coursier
2505« Que demain te donrai ainz que voie anuitier.

CXLII

Quant li chevaliers ot sa robe despouillie,
Et donné au hyraut, il ne demoura mie,
Mais s’en vint karoler dedens la praierie,
Ou il y a trouvé si belle compaignie
2510(v°)Corn n’en pourroit trouver nes une plus jolie,
Des dames estoit ja la feste commancie,
Qui dura toute nuit jusqu’à l’aube esclarie,
Et l’andemain ausi desiques a complie.
Mais Butor se coucha en icelle nuitie
2515Avecques sa mouiller courtoisse et enseignie.
Entreusqu’en u praël fu amis et amie,
Amours, amés, amans, tout d’une compaignie ;
Es prés en pluissieurs lieus toute la nuit serie,
La peüst on trouver l’amoureuse maisnie.
2520Ainsi remestrent la toute nuit anuitie.