Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/108

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
88
brun de la montaigne

Ce fu canqu’il y ot fors la feste greignour
2550Que Butor avoit fait c’om clamoit le seignour.

CXLV

Quant ce vint l’andemain et prime fu sonnée,
Que Butor se gissoit par delés s’espousée,
Il li dit : « Belle suer, vous estes relevée.
« De quoy j’en graci Dieu et la Vierge honnorée,
2555« Quant a son dous plaissir vous estes relevée.
« J’ai planté de ma gent en iceste contrée
« Que j’ai pour vostre amour en pluseurs lieus mandée ;
« Or sui je tout certains que pas ne leur agrée,
« Car puis qu’il est ainsi que la feste est passée
2560« Il ne leur plaira mais la longue demourée.
« Dame, si vous requier, se vos plaissirs l’agrée,
« Que je donne congiet a ma gent honorée,
« Qui pour moy a esté travaillie et penée. »
(v°)La dame respondi com dame bien senée :
2565« Sire, quant vous avés vo gent ci assemblée,
« Et que du haut païs l’avés ci aünée,
« Ce sera grant meschiés s’il n’on[t] bonne soudée,
« Car il n’avront jamais la perte recouvrée
« Qu’il ont eü pour vous, espoir, en ceste année. »

CXLVI

2570Quant la dame ot parlé qui moult ot le cuer vray
Et le cuer amoureus, courtoys, joli et gay,
Butor li respondi : « Ma dame, je donray
« Bruiant d’Ynde majour .iiij. destriers que j’ai
« En restor du grant grief qu’en joustant fait li ay,
2575« Et l’autre chevalier qu’après luy encontray,
« C’est cilz qui a le pris, je li restoreray
« Le cheval qui fu mors que desous lui tuay,