Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/114

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
94
brun de la montaigne

Que li cheval ont pris leur repast simplement ;
Mais il n’alérent pas chevauchant longuement
Que Bruiant trespassa en mi lieu de sa gent.
2720Quant il fu trespassés il y ot tel tourment
Que puis en furent mort li .l. des cent.
S’emporta on le corps ou païs vistement,
Mais puis en mourut il asés vilainement
Maint homme sousfissant, se l’estoire ne ment,
2725(v°)Ainsi com vous orrés se chascun bien m’entent,

CLVII

Butor de la Montaingne ot sa gent convoïe,
Si s’en vint chevauchant par la forest fueillie,
Avecques li avoit moult belle compaignie.
Or ont tant chevauchié en la forest antie
2730Qu’il en sont issu hors devers la praierie ;
S’ont choissi du chastel la fort tour bateillie,
A la Montaigne sont venu devant complie,
Entré sont ou chastel a belle compaignie.
Quant la dame les vit, s’en fu moult esjoïe
2735Et dit a son seigneur : « Diex vous doint bonne vie ! »
Et il li respondi : « Diex doint bon jour m’amie
« Qui est douce et plaissant, gente, jonne et jolie ! »
— Sire, » ce dit la dame, « or ne me mentes mie :
« Donnastes vous congié a vostre baronnie ?
2740— Ouïl, » ce dit Butor, « mais moult estoit marrie
Pour l’amour de Bruiant qui perdera la vie. »
La dame respondi : « Par la vierge Marie,
« Je ne fui onques mais a nul jour si courcie ! »

Huimais orrés chançon de matiére enforcie :
2745Si lairons de Butor et de sa compaignie,
Si dirons de son filz ou biauté frutefie,

    — 2722. le, ms. les. — 2725. entant.