Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/126

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
106
brun de la montaigne

Ou pére et en la mére il n’ot qu’esl[e]essier ;
Mais ses péres Butor le vouloit convoier.
Congiet prist a sa mére, il ne vot plus plaidier,
3070Et puis si a hurté des esperons le courcier :
A troys saus li fist faire .j. trait d’arbalestier.
Or s’en va chevauchant tout parmi .j. sentier ;
Si n’avoit avec li garçon ni escuier.
Qui le veïst aler et son cheval brochier,
3075(f° 65)Chascuns deïst : « Veela, je croy, .j. berruier !
« Il chevauche plus fort que ne font soudoier
« Si tost c’om crie a l’arme ! et on doit chaploier. »
Ainsi s’en aloit Bruns a guisse d’aversier.
Or commança moult fort le bois a aprochier.
3080Quant il vint a l’entrée, ens s’ala embuchier.

Hu[i]mais orrés chançon qui moult fait a prissier,
Et qui de bien en miex commance a enforcier,
Ainsi com en après vous m’or[r]és prononcier,
Coment il trova puis maint mortel enconbrier,
3085Comment [li] roys Artus fist le Brun chevalier.

CLXXVI[1]

Quant Bruns de la Montaingne entra en Bersillant,
Parmi le bois ala toute jour chevauchant ;
S’entra en .j. chemin moult merveilleus et grant :
Quant il i fu entrés n’ala gaires avant
3090Que li chemins ferrés li ala tost faillant,
Et quant le vit faillir, il s’ala esmaiant,
Mais il vit une santé assés près d’un pendant
Qui l’enmena ou bois parfont et si avant
Qu’il li sembloit adès qu’il aloit avalant.

    Montaigne se parti de son pére et de sa mére et s’en ala après sa nourice.

    — 3083. Ainsi si en. — 3085. Corr. de B. ?

  1. — 3088. m. merveilleussement g. — 3089. Q. il li fu.