Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/127

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
107
brun de la montaigne

3095Ainsi ala toudis que l’iave ouï bruiant
Ou la fontaigne estoit ou on le mist enfant,
Quant ses péres le fist porter en Bersillant ;
Celle part en ala le cheval esperonnant.
Quant il fu assés près, si ala regardant
3100Par desus la fontaingne un arbre verdoiant,
Et desous l’arbre avoit une dame seant
(v°)Noble gente et golie et belle et avenant,
Et quant Bruns la choissi, li sans li va muant,
Mais il ne savoit pas qu’elle aloit at[end]ant ;
3105Pour lui meïsmes estoit qu’elle desiroit tant.
Quant Brun la vit de près bien l’ala avissant.

CLXXVII[1]

Et quant Bruns la connut, errant est descendus,
Desous l’arbre s’en vint qui fu grans et ramus.
Quant la dame le vit bien en fu conneüs,
3110Et li a dit : « Biax filz, bien soiés vous venus.
« Et pourquoy n’estes vous plus grant pieça venus ?
« Sachiez que vous avés moult esté atendus.
— Mére, » ce li dit Bruns, « j’ai trop esté tenus
« De mon pére Butor qui moult est esmeüs,
3115« Et de ma mére ausi qui est paumée jus,
« Si qu’a grant paine sui de la Montaigne issus.
« Mais j’en sui eschapés, loués en soit Jhesus
« Par qui li mondes est en joie soustenus !
« Or sui ci adreciés par ses saintes vertus ;
3120« Si sui liés et joians, onques mès ne fui plus,
« Car quant je vous perdi, je fui plus esperdus
« Que ne soit .j. murdriers qui doit estre pendus. »

  1. — 3115. Et de mare a. — 3122. Rubrique : Coment Brun de la Montaigne et la fée qui le norri sont ensemble ou bois de Bersillant sus une fontaigne ou elle li monstre comment il se doit maintenir.