Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/143

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
123
brun de la montaigne

« Je sui .j. escuier, or sui desbaretés,
« Et si sui ou chastel de la Montaingne nés. »
3560Dont dit li chevaliers : « Bien soiés vous trouvés :
« Il vous est bien venu s’aventurer voulés ;
« Vous trouverés ceans des bons maistres assés. »
Et Bruns li respondi : « Diex en soit aourés
« Quant il li plait que je fui a telle eure nés
3565« Que je serai ceans de maistre recouvrés. »

CCIII[1]

Bruns qui ne pensoit pas a nul maistre servir
A dit au chevalier : « Dieu le vous puist merir,
(f° 76)« Car se je puis jamais a telle honneur venir
« Que soie chevaliers et je vous puis veïr,
3570« A estre a vous aidans me vouray asentir. »
Li chevaliers a fait la grande porte ouvrir,
Bruns a fait le cheval les esperons sentir,
En la porte est entrés errant sans alantir :
Au descendre le vint mainte dame veïr.

CCIV[2]

3575Quant Brun de la Montaigne fu en la court entré,
Onques nus hons ne vit de lui plus bel armé.
Doy chevalier si l’ont maintenant desarmé,
Si tost que du cheval le virent desmonté :
Li uns li a l’espée osté de son costé,
3580Et li autres li a ausi son hiaume osté,
Et puis si li a on le hauberc desdossé,
Et après li a on son cheval establé,
Si li aporta on de l’iave a grant plenté,
Et puis, quant il fu poins, si l’a on dessellé.
3585Li chevalier ont pris Brun, si l’en ont mené
Sus en la mestre tour dedens la fremeté,

  1. — 3566. nul, ms. ml’t.
  2. — 3585. B. et si.