Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/148

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
128
brun de la montaigne

La dame li a dit : « Amours vous fait manoir,
« Au mains le cuer de vous, ou Muable manoir. »

CCXII[1]

Quant Bruns la dame oy, s’ot le cuer esfraé,
Et li a dit : « Par Dieu, vous dites verité ;
3705« Amours par son plaisir m’a si enamouré
« Que j’ai cent foys le jour mon courage mué,
« Et me sent nuit et jour en amant trespensé.
« Or ne sai je comment li die mon secré ;
« Car quant devant lui sui, si me sent avisé
3710« Que j’ai tout mon lengage en amant oublié.
(f° 79)« Si vous pri, vaillant dame, aiés de moy pitié,
« Pour ce qu’il a en moy parfaite loiauté,
« Que li dites comment bonne amour m’a mené
« Par quoy faire vousist de moy amant amé. »
3715Et quant la dame l’ot, s’a du cuer soupiré,
Pour ce qu’elle li voit traire tant de grieté.
Et si li a dit : « Bruns, vous avés bien ouvré,
Car ainz qu’il soit demain sarés la verité
Raies vous ent seoir don[t] je vous ai levé.
3720— Dame, » respondi Bruns, « je ferai tout vo gré,
Car par vous puis avoir maladie et santé. »

CCXIII

Bruns s’en rala seoir près de la dame gente
Pour qui amour son cuer souventes foys tormente ;
Mais adès esperoit de sa merci l’atente,
3725Car amour nuit et jour por lui amer le tente,
Et s’est d’amour servir pour lui en vraie sente ;
Mais sa merci sera toudis pour li asente.
Et si veoit celui en la face presente,

  1. — 3707. j. et en a — 3710. lingnage. — 3712. Que se. — 3720. vos. — 3721. sente. 3724. esparoit.