Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/152

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
132
brun de la montaigne

3815« Otroiés lui la vostre, ou non de charité ;
« Si ferés .j. malade errant estre en santé.
— Dites moy dont son non, ou, par ma verité,
« Je n’avrai ja de lui ne merci ne pité.
(f° 81)— Dame je vous avrai son non tost revelé :
3820« C’est Bruns de la Montaigne ou tant a de biauté ;
« Or savez vous son non avec sa voulenté. »
Quant la dame l’oy, s’a .j. petit pensé,
Et puis dit a la dame : « Il a son temps gasté,
« Car il n’a c’un petit encore ci esté,
3825« Et si veut ja avoir une amie aquesté.
« Grant marchiet a d’amour ou il a conversé,
« Qui veult ja estre amés si tost qu’il a pensé ! »
Et respondi la dame : « Il prendera en gré
« Ce que vrais amans prent quant on li a donné. »

CCXIX

3830La dame respondi du Muable manoir :
« Parfaitement ne puet dame en rienz parcevoir
« C’uns hom a empensé s’il ne li fait savoir.
— Dame, » ce respondi l’autre, « vous dites voir,
« Mais pour la grant grieté la ou je le voi doloir
3835« Vous ai je ces parlers ci voulu esmouvoir,
« Et il vous requerra vostre amour ainz le soir,
« Car vostre amour l’a fait ceans tant remanoir,
« Et si vous ainme et crient et sert a son povoir,
« Ne jamais de ceans ne le verrés mouvoir
3840« Jusqu’à dont que de vous pourra le don avoir »

CCXX

Et quant la dame ot dit a l’autre sa pensée,
De la chambre s’en est partie et desevrée.
Et en mi le palais s’en est errant alée.

    — 3816. sente. — 3818. pitié. — 3819. relevé