Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
5
brun de la montaigne

« Car nous veons moult bien qu’il s’en veut delivrer ;
« Et li di que folie le fait a ce penser,
110« Ou vieillesce le point qui l’a fait radoter. »
Quant li mesage[s] ot les barons si parler
Il monta ou cheval sans point de l’arester,
Et quant il fu montez, si commance a crier :
« Seigneur, adieu vous di, plus ne veil demourer,
115(v°)« Venés ent après moy, je le veil veil rouver. »
Li chevalier ont dit : « Pensez du cheminer,
« Nous alons après toy, il ne t’en faut douter,
« Por le gré monseigneur plainement accorder ;
« Si te prions de nous a lui recommander. »

VII[1]

120Ainsi s’en departi li courtois messagiers
Et prist moult doucement comgié aus chevaliers,
Et puis de cheminer ne fu mie laniers,
Car plus tost chevauchoit que ne vole espreviers.
Tant chevaucha li mès par bois et par sentiers,
125Qu’il choisi du chastel les tours et les clochiers.
Mais ainz que venist la recreüt ses destriers
Droit en mi lieu du bois qui fu grant et pleniers.
Atant es vous a lui venir .iiij. murdriers,
Et pour lui desrober, dont il n’estoit mestiers,
130Car il n’avoit nul drap qui fust nïent entiers,
Mais estoit plus locus c’uns povres brououtiers
Ou un povres marchans qui porte a estaliers,
Et avec ce n’avoit pas plenté de deniers.

VIII[2]

Quant li .iiij. murdrier ont choisi le mesage,
135Qui s’en aloit tous seus a pié par le boscage,
Ils sont a lui venu pour paier son truage,

  1. — 126. recreu ou recren, et un barbouillage.