Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
11
brun de la montaigne

« Quant la char qui de vous a esté engenrée,
« Voulez avanturer, car s’elle estoit trouvée
« Ou d’ours ou de serpant tost seroit estranglée.
295« Nonporquant il vendront dedens une jornée
« Ainz que ma dame soit de l’anfant relevée.

XVI[1]

Quant Butor entendi que li mès li dissoit,
Il li a dit : « Amis, a cui qu’il en anoit,
« Mes filz i ert portez se mourir i devoit,
300« Car je sui tous certains, s’il avient qu’il i soit,
« Que onneurs li croistra et biens, mes cuers le croit,
« S’est cilz maleürés qui de ce me mescroit,
« Si feroit cil pechié qui me conseilleroit
« Du faire le contraire et moult pou m’ameroit.
305« Mais dites moy, pour Dieu, vendront il orendroit ?
— Sire, » dit li varlès, « chascun s’apareilloit,
« De venir a vo mant nus ne contredissoit,
« Mais por le vostre enfant chascun se demantoit,
« Car il doutent sa mort ; et sachiez, il morroit
310« C’avant qu’il fust tiers jor ma dame enrageroit
« Pour l’amor de l’anfant qu’a son cuer sentiroit.
— C’est voirs, » ce dit Butor, « car s’ainsi avenoit,
« La vie de mon cors assez tost partiroit,
« Mais ja Diex ne consente, amis, qu’ainsi en soit.

XVII

315— Sire, » dit li varlès, « sachiez, pas nel voudroie,
(v°)« Qu’ainsi en avenist, jamais joie n’avroie ;
« Et se bon vous sembloit, sire, je loeroie,
« Que vous retornissiez, car se Diex me doint joie
« Vos barons venront tost, il sont mis a la voie,
320« Car je les vi monter quant je m’en partissoie.

  1. — 301. Que onneurs, ms. Conneurs — 311. P. la mort.