Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
brun de la montaigne

XIX

— Amis, » ce dist Butors, « par mon chief, droit en as.
« As tu donques veü mon cousin Morgadas ?
355— Sire, » dist li varlès, « ouïl, et si n’est pas
« Plus d’une lieue loing, car il vont tout le pas,
« Il et si compaignon qui s’en vont par estras ;
« Et si n’i a nul d’eulz qui soit point granment las.
— Vien avant, » dit Butor, « sés tu que tu feras ?
360« Tout droit a la Montaigne au chastel t’en iras :
« Entre dedens la porte, et ou dongon verras
« Que tu dies au queus ou tu le trouveras,
« Que li dingners soit près, sans nul autre avocas. »

XX[1]

Li mesage s’en vint errant sans plus atendre
365Tout quanque ses chevaus pot corre ne destendre ;
De ci qu’a la Montaigne oncques ne volt descendre.
Et Butor le suivoit sans nul encontre atendre,
Et tuit li chevalier qui de lui furent mendre
Alérent tout après sans autre chemin prendre,
370(v°)Mais quanque li cheval se povoient estendre.
Chascun au chevauchier alérent tout enprendre
Et a suivir Butor de bon vouloir entendre,
Et couroient ausi que s’en les vousist prendre.
Mais qui veïst Butor sur son cheval estendre,
375Torner et retorner, bien y peüst comprendre
Proesce et hardement, et grant honnour aprendre,
Dont alérent courant a la porte descendre.

XXI

Mais li mesage fu devant eulz ou chastel ;

  1. — 365. Tout, corr. Tant ? — 370. quenque. — 370 et 374. estandre.