Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
31
brun de la montaigne

« Encore sera il nos sires principaux,
« [Et] en pluseurs bons fais nos mestre gouvernaux. »

L

885Quant des chevaliers fu finée la querelle,
Qu’il laissierent l’enfant delés la fontenelle,
Qui fu clére c’argent ou fons de la gravelle,
Dont l’iave descendoit merveilleusement belle,
Onques si clers ne fu vis argent qui sautelle,
890Car la fontaine estoit luissant comme estincelle ;
Plus verde estoit en tour que tarin qui apelle,
Et si avoit entour mainte belle flourcelle
Dont on voit le sorjon qui gentement flaielle ;
Trop miex plaist a veoir c’ouïr son de vielle,
895(v°)Ne qu’a baissier aussi une douce pucelle.

LI[1]

Si que li chevalier estoient la endroit,
Et que chascun des .iiij. a l’enfant moult pensoit,
Pour ce qu’en grant peril sur la fontaine estoit,
Chascun d’eus en son cuer parfaitement prioit
900Que Diex aidast l’enfant que bien sauver povoit.
Ainsi que chascun d’eus moult melancolioit
Il ouïrent .j. chant c’une dame chantoit
Si gracïeussement que proprement sembloit
C’angles de paradis venissent la endroit,
905Et tout en ce moument que la dame cessoit
Une autre dame après .j. chant recommançoit,
Et la tier[c]e les .ij. a son tour responnoit ;
Chascune main a main a l’arbre s’en venoit
Et adès en chantant le sien cuer deduissoit.
910A la fontaine ainsi chascune s’en venoit.

  1. — 910. Miniature précédée de cette rubrique : Coment le filz Butor de la Montaigne fu portés ou bois de Bcrsillant et mis dessus unne fontainne.