Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/81

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
61
brun de la montaigne

Que pour estre contesce ou roïne clamée.
Quant Butor les veoit, si avoit sa pensée
Misse tout a penser a sa fame espoussée,
Qui gissoit en son lit d’une douce portée ;
1765Mais de Butor ne fu pas la jouste oubliée,
(v°)Mais elle fu errant as hiraus commandée,
Qu’il l’alassent crier tout partout la contrée
Et qu’a la compaignie et a Butor agrée ;
Et puis l’ont li hiraut par le palais criée
1770Afin que joie fust a eulz renouvelée.
Mais on ne l’escria jusqu’à la relevée,
Par quoi la noble dame, ou honneur est trouvée,
Veïst le trupingneis et la noble assemblée
Qui ou chastel estoit pour s’onneur aünée.
1775Quant la dame le sot, s’a grant joie menée,
Car tout errant li fu la nouvelle contée.

C

Butor de la Montaigne estoit moult liés ce jour
Qui avoit a ses gens demandé par amour
Que pour l’amour de lui feïssent .j. estour.
1780La jouste fu criée ou palès sans sejour,
Et que chascuns fust prest et pour aquerre honnour.
Adont parla Bruians, qu’il n’i fist nul demour,
Et a dit doucement : « Or m’entendés, seignour :
« Je croy c’onques nus hon ne vit feste greignour
1785« Que nous avons ceans ne de plus grant viguour,
« Car je croy bien que ci sont tout li poigneour,
« Hardi et conbatant et tendant a valour,
« Car je n’en voi ci nul, grant, petit ne menour
« Qui n’ait cuer courageus et mis hors de tritour,
1790« Et que ses cuers ne soit en joie et en baudour
« Pour desfandre son cors sans avoir nul paour,
« Car tout sont courageus et si plain de vigour
(f° 39)« Que nus cops tant soit grans ne li fera doulour. »