Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/83

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
63
brun de la montaigne

CII

Quant Butor ot lavé, tout li autre lavérent
1825Ensemble qui miex miex, onques plus n’arestérent.
Quant il orent lavé, varlet de sale ostérent
Les tables vistement et a terre versérent,
Et quant furent levé moult ensemble parlérent
De joustes, de tournoys ou il se délitérent.
1830Quant moult orent parlé, le vin il demandérent,
Et escuier errant assés en aportérent,
En coupes, en hannas erranment le versérent ;
Mais tout premiérement a Butor le portérent
Et grascïeussement a lui le presantérent.
1835Quant chascun ot beü as dames s’en alérent,
Et quant il vindrent la les dames se levérent,
Et par devant la dame en chambre s’en alérent ;
Dames et chevaliers ensemble se merlérent,
Et pristrent main a main et puis si carolérent,
1840Et gracïeussement .ij. des dames chantérent,
Et amoureusement leur chançon commancérent.
Ainsi moult longuement grant joie demenérent.

CIII[1]

Ainsi fu on lonc temps en la sale pavée,
Et s’i fu toute jour grant joie demenée,
1845En chantant, en jouant, de ci qu’a l’avesprée,
Et si furent leans jusqu’a la nuit serrée.
(f° 40)Ainsi atendi on jusques a l’ajournée
Que la dame du fil dut estre relevée ;
Et s’avoit avec li mainte dame honnorée
1850De qui elle estoit moult songneussement gardée.
Pour ce que ma matiére en soit miex achevée

  1. — 1849-50. L’ordre de ces vers est interverti dans le ms.