Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/99

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
79
brun de la montaigne

« Et le feroit a moi, sachiés, qui li feroit. »
2290Adont s’en fist porter tout droit la ou on soupoit,
Et quant Butor le vit si grant joie en avoit
Que li cuers de son ventre en son cors sauteloit,
Et amoureussement delés lui l’aseoit,
Et ainsi que son cors a table on le servoit,
2295Ainsi qu’a gentil home honneurs apertenoit.

CXXVIII

Quant Bruiant fu assis, chascuns fu moult joians,
Mais du mal qu’il avoit i ot moult de dolans,
Car de la compaignie estoit li plus poissans
Fors Butor qui estoit tout li plus sousfissans.
2300Or estoient chascuns des chevaliers en grans
Que Bruiant fust garis et en santé manans.
Si li a dit Butor : « Dous amis, quiex semblans ?
— Sire, » ce dit Bruiant, « vraiement, moult pesans,
« Mais pour l’amour de vous sui je ci demourans :
2305« Je fusse miex assés sus .j. lit repossans. »
Adont a apellé Butor .iiij. serjans,
Et leur a dit : « Seigneur, faites tant que Bruians
« Puist estre bien couchiés, car il est desirans. »

CXXIX[1]

Tout li .iiij. serjant ont Bruiant enporté
2310Et l’ont moult doucement de la table levé ;
Si l’ont couchiet souef dedens .j. lit paré,
Et si l’ont bien couvert d’un couvertour fourré,
Et moult trés doucement si li ont demandé
(v°)S’il vouloit chose avoir qui fust por sa santé ;
2315Et il leur respondi : « Nenil en verité,
« Car du grief mal que sans me sant bien saoulé. »
Adonques li vassal si s’en sont retorné,

  1. — 2314. senté.