Page:Anonyme - Brun de La Montaigne.djvu/98

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
78
brun de la montaigne

2260(v°)Si ot mainte autre fleur avec mainte soussie :
Ce sembloit du deduit une grant melodie.

CXXVI[1]

Quant li soupers fu prest on fist l’iave corner :
Dames et chevaliers se pristrent au laver ;
Quant il orent lavé s’asistrent au souper.
2265Main a main, .ij. et .ij., se vont entremerler
Dames et chevaliers pour eulz plus honnorer.
Quant Butor fu asis il ala regarder
Tout aval le prael, si ne vit pas ester
Le chevalier Bruiant, si s’en prist a irer ;
2270.I. chevalier hucha et prist a demander :
« Dites, ou est Bruiant, que ne vient il souper ?
— Sire, » dit li vassaus, « je le vois apeler. »
Dont prist li chevaliers son chemin a aler,
Si encontra Bruiant qui se fist amener
2275Par .iiij. chevaliers, bellement, sans croller,
Car il avoit rompu ses rains au desmonter ;
Si se faissoit en air soustenir et porter.

CXXVII[2]

Quant li chevaliers vit que Bruiant s’en venoit,
Si li dit doucement : « Butor si m’envoioit
2280« Par devers vous savoir quel chose il i failloit,
« Car il estoit iriez quant il ne vous veoit ;
« Et si soiez certains vraiement qu’il vouroit
« Qu’il li eüst cousté cent mars d’or orendroit,
« Que vos cors fust aussi sains c’au matin estoit ;
2285« Car quant li coups fu fais a pou qu’il n’esragoit. »
Ce respondi Bruiant : « Avenir me devoit ;
(f° 40)« Ne m’en chaut quant mes cors en grant santé le voit.
« Car mout seroie iriés se maus li avenoit,

  1. — 2269. irier.
  2. — 2280. i, ms. li.