Page:Anonyme - Courte esquisse des livres de la Bible.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


saire la vie et à la piété, par la connaissance de Celui qui les avait appelés par gloire et par vertu. Il leur recommande ensuite d’apporter tout empressement à tout ce qui leur donnerait une entrée abondante dans le royaume éternel de Jésus-Christ, à tout ce sans quoi ils ne seraient que des chrétiens myopes. Il leur annonce qu’il doit, dans peu, déposer sa tente, et il leur écrit, afin que, après son départ, ils aient encore un témoignage de lui. Il leur apprend que la transfiguration a confirmé le témoignage prophétique du royaume qu’ils attendaient, et il affirme que toutes les Écritures tendent à un seul et même but, étant le fruit d’un même Esprit, et non pas de la volonté de l’homme.

Puis il les met en garde contre les faux docteurs, reniant l’autorité de Christ, et que plusieurs suivront ; tout en insistant sur leur méchanceté, il montre que Dieu peut délivrer le juste, et qu’il réserve les injustes pour le jour du jugement, afin qu’ils soient punis. Il trace le portrait de ceux-ci, qui consiste surtout à suivre la chair dans la passion de l’impureté et dans l’insubordination ; à quoi vient s’ajouter cet autre trait : qu’ils se moquent de la doctrine du retour du Seigneur. À ce sujet, il cite le déluge comme un jugement déjà exécuté, et le jour du Seigneur, dans lequel le jugement par le feu aura lieu et tout ce en quoi la nature s’est confiée disparaîtra ; il présente ce fait à venir comme un pressant motif à la sainteté pour les saints.