Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

topographie de l’Élie et les noms de villes qui y figurent. Au v. 179, Élie a quitté Saint-Gilles ; après avoir chevauché tout un jour, il rencontre un messager blessé qui, au sortir d’Angers, vient d’être assailli et mis à mal par les Sarrasins. La chose est claire pour venir de Provence en Anjou, il eût fallu plus d’un [1] jour à Élie, même s’il eût été monté sur Prinsaut ou sur Marchegai. Le Saint-Gilles de la chanson est donc près d’Angers [2]. Du reste, le trouvère accumule dans ses vers les noms de villes de cette partie de la France : Chartres, Bourges, Orléans, Poitiers, Blèves, qui n’est pas Blois, comme le croit M. Koelbing [3] ; autre part, il parle encore du Maine, du Berri, de la Loire. La Provence, au contraire, n’est citée que trois fois, et encore est-ce pour déterminer simplement la ville de Saint-Gilles :

v. 397 ....... Saint Gille, en Provence le bele.
v. 932 .... en Provenche ens ei mostier Saint Gille.
v. 1414 .......... Saint Gille, de Provence la bele.


Aucun fait de l’action ne se passe en Provence, et les quelques villes de cette région qui sont mentionnées n’apparaissent qu’incidemment (Arles 2205, Valence 2464. Élie est presque toujours appelé Élie de France (v. 1781, 1814, 1841, 1946, 2001, 2004,

  1. Dans roman de Raoul de Cambrai, p. 267, il faut à Bernier quinze jours pour aller de Saint-Quentin à Saint-Gilles.
  2. Il s’agit peut-être ici de Saint-Gilles, près de Grugé-l’Hôpital, dont parle le dictionnaire de M. Célestin Port.
  3. Beitraege..., p. 96.