Page:Anonyme - Elie de Saint Gilles.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Desous Elie ont mort son destrier d’Orcanie,
Lui navrerent el cors et .vii. plaies li fissent ;
1315Or en a li ber .xi., n’est conrois de sa vie.....
Li doi baron s’en tornent, nes porent soffrir mie,
Ains passent d’un vivier les fossés et le rive,
Lés une barbacane, lés une roche antive,
La trovent .i. vergier qui fu tous fais d’olive
1320Et [de] mout riches arbres qui sont de mainte guisse.
Et li vergier fu jovenes et li an(s)te florie,
Et la nuit fu oscure, Dieus le vaut, nostre sire ;
Et Sarrasin s’en tornent, nes porent coissir mie :
Il en portent les mors et les navrés en guient,
1325Voient tout le barnage l’amiral de Sorbrie.
Quant le voit Rosamonde, se commencha a rire,
Et dist entre ses dens, que nus ne l’entent mie :
« De mort et de prison desfenge Dieus Elye ;
Si le conduie en Franche sain et sauf et delivre
1330A Julien son pere, qui le pleure et dessire. »

XXXV[1]

Galopin et Elyes s’en entrent el vergier ;
.Xi. plaies ot grans, qui mout l’ont angoissié :
Plus de .vii. fois se pasme sous l’onbre d’un pumier.
Galopin en apele, se li dist tout premier :
1335« Biaus compains, car t’en fui, Dieus garisse ton cief ;
Prent conroi de ta vie, car de moi ne me ciet :
Sarrasin m’ochiront ains demain l’esclairier.
Se tu ja passes mer a nul jor desousiel
(c)Et tu peus encontrer pelerin ne paumier
1340Qui en aut a Saint Gille por l’apostle proier,
Si me mande mon pere, Julien le guerrier,
Et ma dame ma mere qui a son ceur irié

    — 1315 cf. v. 1216 lacune après ce vers.