Page:Anonyme - Huon de Bordeaux, chanson de geste.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

L’espée tourne vers le destre costé ;
1910Se chou ne fust, son tans éust usé.
Li caus avale par moult grant cruauté,
Que .i. des pans du hauberc a copé.
Desour le hanke a Huon asené ;
Les arméures l’ont moult petit tensé :
Ne li valurent .i. blanc pain buleté ;
Une tel pice de le car a osté
C’on en péust .i. oisel sooler.
Par tel maniere est li caus devalés
Deseur la gambe que le car a copé ;
1920Diex le gari qe ne l’a afolé.
Et nepourquant l’a si bien asené
Que l’esperon par derriere a osté ;
Ens la tere est li brans d’achier colés,
Mien ensient, .i. grant pié mesuré.
Cil le rasace qui moult ot de fierté ;
Mais Huelins est tant fort estoné
Que de l’angoisse l[e] convint canceler
Vausist u nom, s’agenoilla u pré ;
Pour .i. petit n’est à tere versés.
1930.I. escuier fu iluec arestés ;
A l’abé fu, s’a le cop regardé.
Quant voit Huon qu’il ert si mal mené,
Isnelement en vint à dant abé,
Ens el mostier par de devant l’autel ;
A haute vois commença à crier :
« Sire, dist il, pour Dieu de maïsté,
« Pour Huelin proiés se vous volés,
« Que poi en faut que n’est à fm alés. »
Quant l’entent l’abes, le cuer en ot iré ;
1940Dieu reclama et la soie bonté.
« Vrais Dix, dist l’abes, qu’el ciel estes formé,
« Homme fesistes por le pule peupler,