Page:Anonyme - L’Alpha de la république, 1848.djvu/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


De là les diverses formes de gouvernement que subissent ou adoptent la plupart des peuples, suivant le degré de leur civilisation.

La monarchie, absolue ou constitutionnelle, est le gouvernement de l’enfance et de la caducité des peuples.

La république seule convient à l’austère grandeur de leur virilité.

Depuis longtemps la France a atteint son âge viril.

Depuis longtemps elle est donc mûre pour la république ; mais les souvenirs de 93, les réactions contre-révolutionnaires, les éternelles intrigues des hommes de mauvaise volonté, — et il y en a beaucoup sur la terre, — en avaient reculé jusqu’à présent l’établissement définitif.

Enfin, une de ces tempêtes que Dieu suscite, quand il voit en péril la vie morale d’une nation, a pulvérisé, d’un coup de tonnerre, la dernière ruine monarchique.

Le dernier trône, plus rongé encore par la corruption que par les siècles, a été brûlé au pied de la colonne de la Liberté.

Les cendres en ont été jetées au vent, et la république a été irrévocablement proclamée.


II.


Demande. Qu’est-ce que la république ?

Réponse. C’est le gouvernement de la nation par la nation, le gouvernement de tous par chacun et de chacun par tous ; c’est la réforme de tous les abus, c’est la fusion de tous les in-